Mon quotidien

Coiffer ma fille était source de stress mais pas que…

Avoir une fille c’est le rêve. On se dit qu’on la coiffera tous les jours, qu’on lui ferait diverses coiffures, qu’on pourrait s’éclater avec ses cheveux afro. Mais face à la réalité c’est tout autre.

Ma fille a de très beaux cheveux mais c’est hyper compliqué de la coiffer. Pourquoi ? Parce que mademoiselle déteste qu’on la coiffe, elle déteste qu’on lui touche les cheveux. Pour moi c’est tout un stress quand je dois la coiffer. Ma patience est mise à rude épreuve. Le dire comme ça peut sembler exagérer mais pas du tout. Ma fille déteste qu’on la coiffe. C’est ça la vérité.

Toutes les fois où je devais lui laver les cheveux, elle pleure, elle n’aime pas du tout cela. Lorsqu’il faut lui faire une coiffure, elle bouge dans tous les sens, elle ne supporte pas que je lui touche ses cheveux. Pour moi c’est souvent très compliqué. Quand tu vois sur les réseaux sociaux des montages de petite fille à qui ont fait des coiffures et tu as l’impression qu’elle reste tranquille tu te poses des questions. Il m’arrivait de me remettre en question : est-ce que je lui fais mal ? Mais non je sais que les cheveux crépus sont délicats donc je fais toujours attention. Mais pourquoi elle ne veut pas rester tranquille ? Grrrrrr….

A un moment, je ne prenais plus plaisir à la coiffer. Je savais déjà à l’avance qu’on ne s’en sortirait pas ; qu’elle allait pleurer et ne pas vouloir se laisser faire. Donc ce moment devenait un moment de stress pour moi. Et ce stress je le lui transmettais indirectement j’en étais consciente.

Mais vient ce jour ; ce fameux jour où tout a changé. En effet, un jour j’ai voulu lui laver les cheveux et ce jour elle n’a pas pleuré au contraire elle s’y plaisait on a toutes les deux rigolé. J’étais émerveillée. Elle pouvait donc être sage durant les moments de soin capillaire ! Révélation ! Je me suis donc directement demandée ce qui c’était passé. En repensant à ce qui c’était passé plutôt, ce jour-là avant de se laver les cheveux on avait joué ensemble et on avait rigolé. Puis sous la douche, je lui parlais je lui disais ce qu’elle devait faire. Je lui demandais de mettre la tête en arrière en lui montrant comment et je lui disais que j’allais mettre de l’eau dans ces cheveux. Je lui expliquais étape par étape ce que je voulais faire avant de le lui faire. Et tout c’était très bien passé. J’étais émerveillée et aux anges. Elle participait elle m’écoutait. On avait partagé ce moment ensemble. D’habitude je me contentais de lui dire qu’on allait se laver les cheveux avant le bain et quand elle pleurait je lui disais d’arrêter de pleurer que ça ne faisait pas mal que j’ai bientôt fini. Mauvaise méthode.

Ensuite, pour les tresses, elle commençait à s’ agiter un peu. J’ai donc eu l’idée de lui mettre un dessin animé (oui je sais ce n’est pas très bien mais aux grands moyens les grands remèdes). Je savais que cela capterait son attention au moins pour 30 minutes, le temps pour moi de la coiffer. Eh oui cela marche. Moment de non-stress, de joie et tout le monde était content. Ce jour-là j’avais compris que c’était possible de coiffer ma fille sans pleurs. Je devais être patiente, arrêter de stresser et beaucoup lui parler. Parce que j’étais détendue, elle l’était aussi.

Coiffer les cheveux crépeux de ma fille n'est pas toujours évident.

Depuis ce jour, j’ai arrêté de stresser avant de la coiffer. Les fois d’après, elle ne pleurait plus quand je devais lui laver les cheveux. Au contraire elle jouait et me parlait constamment. Pour les tresses elle était moins réceptive. Quand c’est le cas je m’adapte, je lui faisais deux ou trois tresses ou pompons. Si elle était plus réceptive je prenais le temps de lui faire des tresses.

Ma fille et moi on a commencé à mieux kiffer les moments de soin capillaire. Certes souvent ce n’est pas la joie mais ce n’était plus du tout source de pleurs ou de stress.

Ce que je retiens: La patiente et la communication sont très importantes dans la relation que vous construisez avec votre enfant. Et vous comment se comporte votre fille?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *